exemple de Reconversion professionnelle,  rh

Comment changer de trajectoire professionnelle en temps de crise

Changer de trajectoire professionnelle est souvent une décision personnelle, d’autant plus en temps de crise. Ce n’est pas toujours un choix précipité, au contraire, car le monde change. Je vais en détailler les multiples raisons dans cet article. 

Je souhaite te présenter et témoigner auprès de toi de mon changement de trajectoire professionnelle pour m’épanouir, me réinventer, trouver ma vocation, être en paix avec moi-même et mes valeurs.

Photomontage du changement de vie professionnelle

 

Changer de vie professionnelle

Quelle est la trilogie pour oser changer de vie professionnelle ?

Si tout va bien économiquement, vas-tu chercher à changer ? La crise est surement une opportunité.

Ainsi, voici les 3 facteurs pour oser changer de vie professionnelle, pour ne pas subir la crise :

  • la quête de sens dans son travail et dans sa vie ;
  • la qualité de l’entourage amical et familial ;
  • le questionnement sur l’ennui professionnel et personnel.

Le tourbillon des grands groupes, déclencheur d’un changement de trajectoire professionnelle

Travailler dans les grands groupes est souvent source de sécurité pour son emploi en CDI, mais aussi souvent une raison de se questionner sur l’organisation du travail rythmé par de nombreuses réunions, des tâches et des process en verticalité qui créent de l’ennui.

Les rapports avec les collègues, son manager et sa hiérarchie sont bouleversés. Faut-il avoir une activité libérale pour plus de liberté et des liens de reconnaissance plus humains et concrets ? Certains, par exemple, font du temps partagé avec plusieurs activités, pour diminuer la routine professionnelle.

L’essoufflement dans la connaissance : dépasser la routine professionnelle

Il y a un réel manque de tâches et de compétences. Cela a pour effet d’amener à un manque de motivation, puis un à épuisement psychique et mental. Certaines personnes ont plus de résistance que d’autres à l’ennui. Le rapport au travail et l’effort que cela demande est à mettre en phase avec la question « à quoi ça sert ? »

Est-ce que mon travail actuel me nourrit ?

La question que certains peuvent se poser est « est ce que mon travail actuel me nourrit ? » 

Me nourrit-il financièrement ainsi que ma famille, suis-je en phase avec mon estime de soi, et mon moi intérieur ? 

L’envie d’apprendre, de s’enrichir, de grandir, d’acquérir de nouvelles compétences et des connaissances sont des réponses à la question sur la manière de se nourrir dans cette quête de changement !

Augmentation du temps de travail avec l’allongement de la retraite : la quête de sens s’accélère et devient vitale pour beaucoup de salariés et d’entrepreneurs. Le temps de travail s’allonge pour devenir rentier à la retraite. Il faut se donner les moyens d’aimer son travail, il va plus loin que de nourrir de manière alimentaire.

Changement de statut professionnel : quelle est ma vocation choisie ?

Le changement de statut professionnel provient souvent d’une longue souffrance qui dépend de la résistante et de la résilience face à l’ennui, au manque d’écoute et de reconnaissance.

Il faut effectivement lâcher un statut pour accepter une autre quête de sens et de repères. On a envie de laisser derrière soi un costume pours une nouvelle tenue plus en adéquation avec ses valeurs, ses attentes, et ses envies de changer.

Le regard de la société à changé face à ce statut de manager qui deviendrait artisan.

Les jeunes diplômés sont plus mobiles dans leurs gouts, leur curiosité et dans leur patrimoine (résidence principale, famille, etc.) pour peut-être se lancer plus facilement.

Ces reconnections sont là pour plus un mieux-être épanoui et heureux. Cela ne peut être que favorable à un équilibre pri et pro ! Réussir sa reconversion professionnelle ne s’improvise pas (lien interne vers autre article).

Quels éléments déclencheurs ? des événements traumatiques ou émotionnellement forts.

Il y a des facteurs différents pour basculer dans un changement professionnel :

  • les attentats de 2015 ;
  • un burn out
  • un bore-out ;
  • un décès familial ou proche ;
  • le dépôt de bilan d’une société ;
  • ….

Ces chocs émotionnels amènent des postulats vers une nouvelle ère, une période de créativité totale. C’est une étape vers une vraie connaissance de soi.

Ai-je les qualités pour changer de job ?

Quelles sont mes forces ? Qui suis-je ? Quel est le sens de ma vie ? Je suis unique, quelle est ma singularité ? Ma vocation pour avancer vers de nouveaux repères ?

Il y a un travail sur le « moi » et les valeurs vers le bon cap et la bonne trajectoire.

Vers plus d’optimisme et d’épanouissement ?

Comment sauter le pas ? Comment se reconnecter avec soi même ? C’est avant tout une prise de conscience, pour éviter le choc. Sur quoi m’appuyer ?

Il y a une quête de sens envers des travaux manuels comme l’artisanat, notamment : menuisier, boulanger… Travailler avec ses mains, avec sa passion, son envie… en devenant architecte de son offre. Pourquoi ne pas accepter une autre forme d’insécurité ? Il faut bien se connaitre !

Attention à ne pas se lancer sur un coup de tête, mais dans une démarche accompagnée et bien réalisée pour envisager les différentes facettes pour réussir (financière, patrimoniale, modèle économique, outils, mon moi rayonnant).

Le développement personnel pour mieux se connecter et se réaligner :

Le monde change, ce n’est pas un effet de mode, au contraire ce sont dans les crises que nous nous réinventons, faisons preuve de créativité, nous reconnectons avec nos valeurs et nos attentes.

Choisir sa vocation et différents métiers pour l’exprimer, l’incarner, la vivre et choisir de passer le cap pour changer de trajectoires professionnelles.

Fibrement,

Pierre, prenons contact 😉

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :